TEST: e-liquides Liqua et Airmust de chez ecig-arrete

4 commentaires

Amis vapoteurs bonjour!

Toujours en pleine recherche de mon allday vap(e-liquide de tous les jours), j’ai reçu des liquides de la boutique de cigarette électronique ecig-arrete.fr pour les tester, et peut être trouver mon graal.

Ecig-arrete propose de nouvelles saveurs, et parmi celles ci, quelques unes m’ont fait un peu d’œil.
J’ai donc en test pour vous quatre liquides de deux marques différentes.

20130925-082315.jpg

C’est parti pour la review!

Cappucino 12mg/mL, marque Liqua:
Quand j’entends cappucino, je me dis « miam »! Mais a vrai dire, je n’avais jamais essayé d’en inhaler. Avec beaucoup de liquides que j’ai testé depuis mes débuts avec la cigarette électronique, je me suis rendu compte que je pouvais aimer le goût de quelque chose en le mangeant, mais détester l’inhaler(le pire reste un liquide à la poire qui m’a traumatisé).
La, j’avoue qu’avec le cappucino, c’était un peu ma grande crainte.
La première inspiration fut étonnante, et les suivantes se sont bien déroulées!
Moi qui adore le cappucino, café, etc, c’est nickel!
Un bon goût de cappucino, mais un arrière goût dont j’ai cherché pendant quelques heures l’identité. J’ai l’impression qu’il y a un très léger fond de nougat(vous savez, les nougats multicolores que l’on peut acheter dans les foires aux manèges lol).
Bingo. Cappucino + léger goût de nougat, c’est tout bon pour moi!
C’est assez sucré, et certains seront peut être gênés par ce fait. Personnellement, je l’utilise surtout le soir, mais ne pourrais l’utiliser à longueur de journée.

Mûre 12mg/mL, marque Liqua:
Les liquides fruités sont mes préférés. Je les trouve en général faciles a vaper continuellement, pas trop sucrés, doux…
Et la mûre est un fruit que j’adore.
Pour autant, je n’avais jamais testé de liquide avec cette saveur. J’ai bien testé quelques liquides « fruits des bois » (qui m’ont fortement déçu d’ailleurs), mais je n’avais jamais vu de liquide « mûre » dans mes shops habituels.
La, j’ouvre le flacon, aucune odeur.
Un peu effrayé, je rempli mon clearo, fais chauffer la résistance, prends une bouffée… De la mûre. Ni plus ni moins.
Un vrai goût de mûre, subtil et agréable, peu sucré, et donc absolument pas écœurant. J’avais peur du côté « bonbon », peur totalement infondée.
Sympa.
Du coup, je le vapote très souvent!
Comme je le disais, le goût est subtil, léger. Certainement pas entêtant. Ça, c’est un bon point a double tranchant: vous avez plutôt intérêt à utiliser des dispositifs à vapeur froide, sinon, le goût sera différent et plus léger encore. (Comme pour tout liquide fruité de manière générale)

Framboise 12mg/mL, marque Airmust:
J’adore la framboise. C’est l’un de mes fruits préférés. Que ce soit dit.
J’ai testé ce liquide(mon possible graal?) des réception. J’ai littéralement sauté dessus.
Première impression: très léger, et ne connaissant pas cette marque, j’ai commencé a tirer des conclusions négatives. Et apres quelques bouffées, je me suis rendu compte qu’en fait, le goût était léger, mais restait en bouche après! Ça, j’adore. Grossièrement, j’ai envie de dire que le goût reste quelques bonnes minutes sur le palais. Et c’est la qu’il exprime le mieux sa saveur.
Bilan: quand on le vape, c’est léger, pas impressionnant en tout cas (on ne pousse pas un hurlement en se disant qu’on a l’impression d’avoir la bouche remplie de fraises comme dans une pub TV par exemple lol), mais le goût se prolonge et se développe différemment par la suite. Intéressante découverte.

Faise/Menthe 12mg/mL, marque Airmust:
Alors la, le plus surprenant des quatre liquides. Clairement.
J’entends menthe et fraise dans la même phrase, et je pense directement à un Virgin Mojito à la fraise (ne me jugez pas! J’ai bien dit Virgin, donc sans alcool! Bon, d’accord, je suis très friand de mojitos, même avec du rhum).
La première bouffée fut simplement étonnante. C’est extrêmement frais, le goût de menthe est bien la en première sensation, et les notes de fraises sucrent juste le fond délicatement. Les saveurs se marient très bien.
Petite chose étonnante: je le trouve bon, ni trop sucré ni pas assez. Comme je le disais précédemment, parfois, on aime manger ou boire quelque chose, mais pas l’inhaler. La, j’aime beaucoup son goût, très original, mais sans savoir exprimer pourquoi, je ne ressens pas l’envie d’en prendre plus que quelques bouffées. Ce sera donc un liquide que j’utiliserai de temps en temps, en dry. Comme une petite collation. Comme cela, je ne serai pas obligé de laisser un tank ou clearomiseur plein de ce liquide.
« Et en dry, que donne-t-il? » va-t-on me dire. En dry, il est encore plus savoureux. Ce sera donc un sympathique et ponctuel petit encas.

Pour information, j’ai pris ces liquides en 12mg, et le hit correspondait au dosage (après, votre matériel influe sur le hit, optimisez votre configuration matérielle en fonction du ressenti désiré).
Ils sont disponibles en 0mg/mL, 12mg/mL, et 18mg/mL.

À bientôt!

Publicités

Nouvelle vidéo! Bilan et projets

7 commentaires

Bonjour à toutes et à tous!

Après quelques mois de calme plat sur le blog,  je reviens vers vous pour vous dresser un petit bilan après reprise totale de la cigarette, ainsi que mes projets.

Je pense opter plus souvent, comme dit dans la vidéo, pour des messages vidéos. Car il me semble plus simple de partager en image, je peux développer spontanément mes pensées et ressentis.

A très bientot !

Préjugés et idées reçues

13 commentaires

Comme tout ce qui est nouveau, la cigarette électronique est sujette aux préjugés, et aux idées reçues.
Faisons le tour du sujet, en long, en large, et en travers.

« La cigarette électronique n’est pas un moyen de substitution, n’est pas une méthode de sevrage tabagique. »

Qu’est ce que l’on peut entendre cette phrase de la bouche de non fumeurs, ou de fumeurs apeurés par cet objet. C’est lassant.
Il suffit de tester pour comprendre.

Le problème des patchs et autres substituts nicotiniques vendus en pharmacie, c’est qu’ils réduisent le manque physique, mais pas le manque psychologique. Ils ne provoquent pas ce geste que la main d’un fumeur a pu reproduire des milliers de fois des mois/années/décennies durant. Ils ne délivrent pas cette fumée que l’on avait l’habitude de voir jaillir lors d’une pause cigarette au travail, lors d’un épisode stressant, lors du café matinal… Cette fumée imageant pour beaucoup de fumeurs, même inconsciemment, le plaisir, la détente, l’apaisement, etc…

Certains arrivent a arrêter de fumer sans substituts nicotiniques. Le geste reste un cruel absent. Une cigarette électronique sans nicotine pallierait se problème.
D’autres ont besoin de cette nicotine. Ils pourraient très bien prendre une cigarette électronique sans nicotine à utiliser en combo avec des patchs par exemple, ou bien simplement prendre une cigarette avec un taux de nicotine adapté(ce que je trouve bien mieux, car si nicotine il y a, dans la fumée, hit il y a. Donc sensation plus proche encore d’une vraie cigarette).

« La cigarette électronique coûte cher! J’ai des amis qui ont payé la leur 100€! »

Le marketing des cigarettes électroniques et les publicités se limitant aux sites internet spécialisés dans la vente de ces produits, beaucoup de personnes ignorent totalement la diversité des modèles et des prix proposés.
Prenons pour exemple une egoT + stardust+chargeur, en comptant large: 20+7+5= 32€.
À l’achat, est-ce vraiment cher? Sachant qu’après il faudra dépenser entre 4 et 10€ par semaine pour un fumeur d’un paquet de tueuses par jour, selon la marque de liquide choisie.
Comparons, prenant toujours pour point de comparaison un fumeur d’un paquet par jour.
Fumeur ->;; 6,10 x 30 = 183€ par mois
Vapoteur ->;; 7€(admettons que ce soit le prix moyen d’un flacon de e-liquide) x 4 = 28€ par mois (puisqu’un vapoteur fumant habituellement 20 cigarettes par jour va fumer environ un flacon à 16mg de nicotine par semaine, donc 4 par mois).
Sur un mois, la cigarette électronique est déjà remboursée…

« La cigarette électronique est toxique. »

On vient au sujet le plus intéressant.
Le liquide vaporisé par la cigarette électronique est composé de Propylène glycol et Glycérine végétale(cf mon article sur la composition du e-liquide).
– Sans preuve de quoi que ce soit, et a tort, le PG a été accusé d’être nocif pour la santé. Mais des études officielles ont démontré le contraire.
– La glycérine végétale quant à elle n’est nocive qu’à partir du moment ou elle est chauffée à 150 degrés. Et une cigarette électronique ne chauffe pas autant sauf malfonction de sa part.
– Les arômes et additifs sont confectionnés de manière à ne pas contenir de substance toxique en inhalation.
Après, il est vrai que nous ne connaissons pas les effets a long terme de ces cocktails(tout comme ce fut le cas pour l’amiante pour nos poumons, les ondes de manière générale pour notre corps et surtout cerveau, etc…), mais les chercheurs sont confiants et insufflent une nouvelle manière de réagir: « dans tous les cas, ce sera un bien moindre mal que la vraie cigarette ». Une nouvelle manière d’appréhender cela. Ne pas se demander si ce n’est pas trop nocif, mais plutôt le comparer à la vraie cigarette, qui, elle, du haut de ses 4000 substances toxiques, est assurément plus nocive. Et de manière avérée.

« La vapeur peut être nocive pour les personnes qui entourent le vapoteur. »

Même réflexion que précédemment. Cela dit, il a été prouvé que les traces résiduelles dans l’air ambiant d’une salle fermée étaient extrêmement minces. Trop pour être inhalées par autrui.

Voilà, on a fait un petit tour des points capitaux qui font la mauvaise réputation de la cigarette électronique.
Si vous avez des questions, n’hésitez pas, je tâcherai de répondre le plus intelligiblement en fonction de mes connaissances et recherches.

L’entraide, une motivation supplémentaire

Laisser un commentaire

Comme je l’avais dit précédemment, reprendre la vapote, quand on a succombé à nouveau à la cigarette tueuse, ce n’est pas évident.

Je me motive chaque jour à remplacer quelques tueuses par ma cigarette électronique. Mais ne me sens pas vraiment capable d’arrêter totalement pour le moment.

Cependant, j’ai remarqué une chose très intéressante. Quand je suis entouré d’amis qui, eux aussi, vapotent, les voir sortir leur cigarette électronique me rappelle que, quand je vapote, je n’ai pas l’obligation de m’exclure quelques instants du groupe pour aller fumer. Je peux rester sur le canapé, vapoter, et continuer à profiter du moment passé avec eux. Et finalement, je peux totalement me passer de cigarette tueuse durant tout le temps que je passe avec eux.

Je sais qu’arrêter en même temps qu’une autre personne aide et motive, car on peut discuter du ressenti, se soutenir. Mais la, il n’est même plus question de se soutenir de manière volontaire. Sans même le vouloir, inconsciemment, ils m’aident. Et bien sur, en plus, me soutiennent volontairement.

Un conseil avisé que je vous donne maintenant, de fait: tentez de passer à la cigarette électronique/arrêter de fumer en même temps que quelqu’un que vous fréquentez souvent.
Cela vous permettra d’unir vos forces dans cette étape salutaire.

Bonne vapote, et bon courage!

Où en suis-je? (M3)

5 commentaires

Petit rapport quant à mon sevrage tabagique et l’utilisation de la cigarette électronique.
Cela fait 3 mois que j’ai commencé la cigarette électronique.

J’ai traversé plusieurs phases que je vais vous décrire.

Phase 1: Phase explosive.
Je décide sur un coup de tête d’arrêter du jour au lendemain la cigarette tueuse en jetant mon dévolu sur l’utilisation d’une cigarette électronique.
Motivation au maximum en observant la facilité éprouvée à faire cela.
Premiers résultats présents. Odorat légèrement accru, goût à nouveau opérationnel. Haleine fraîche. À croire que le poney mort qui avait élu le fond de ma gorge comme dernière demeure avait fini sa décomposition.

Phase 2: Altérations circonstancielles.
Lorsque la barrière qu’est votre motivation ne suffit plus à calmer les coups de bélier de la vie.
Soudainement assailli par des soucis, lâchement, j’ai craqué et fumé une cigarette. Difficile de ne pas en refumer. Et donc, tout aussi lâchement, j’ai continué à en fumer, en complément de la cigarette électronique.

Phase 3: Hésitation.
Reprendre complètement, ne pas reprendre? Je me le suis demandé pendant plusieurs jours.

Phase 4: Quand les maux entraînent la défaite.
Banalement atteint d’une rhinopharyngite/bronchite, j’ai fait le mauvais choix. Celui de la facilité. Celui qui ne provoquerait plus d’interminables quintes de toux. J’ai complètement lâché la cigarette électronique au profit de quelques vraies cigarettes chaque jour.

Phase 5: Regain vindicatif.
L’esprit de vengeance est la. Je veux me venger de moi même et de la cigarette tueuse.
Ceci est ma phase actuelle. J’inclus petit à petit la cigarette électronique en alternance avec la tueuse pour mes bouffées nicotinées.
Ce n’est pas toujours évident mais je m’efforce de vapoter des que je sens un besoin de nicotine et que j’ai le courage de ne pas me jeter sur mon paquet de Marldboro…

Voilà pour l’évolution en 3 mois.
Je vous tiens donc au courant de la suite, en vous souhaitant une bonne vapote!

J’ai craqué, mais je ne lâche pas (J14)

Laisser un commentaire

Bonjour tout le monde,
Comme convenu, un petit bilan après une nouvelle semaine de vapote.

Cette semaine, quelques événements stressant de la vie quotidienne m’ont montré mes limites. J’ai craqué, et sur une journée, ai fumé pas mal de tueuses.
Difficile de revenir à la vapote! On a vite fait d’y reprendre goût, même si le goût de la cigarette électronique est bien plus savoureux.
Petit à petit, j’ai repris la vapote. Aujourd’hui, je ne fumerai pas de vraie cigarette.

Bilan du passage à des liquides en 11mg/mL de nicotine:
Je vapote plus que quand je prenais du 16mg/mL. Beaucoup plus. En fait, je n’ai plus cette sensation de dégoût suite à trop de vapote/clope(trop de nicotine). Du coup je pourrais presque vapoter en continu, mais ma consommation en e-liquide serait bien trop importante.

Question: quel est mon apport en nicotine journalier quand je fume en 16mg/mL, et quand je fume(bien plus) en 11mg/mL? C’est ce qu’il va falloir que j’évalue. Je vous tiens au courant.

Stay tuned!

À très vite

Premiers constats (J7)

Laisser un commentaire

Après plusieurs jours de « vapotage », je me rends compte de plusieurs choses.

 

Concernant la cigarette électronique:

Je suis toujours aussi satisfait! Cela a remplacé ma cigarette, j’ai apprivoisé la bête, pris mes nouvelles habitudes. C’est en fait une nouvelle façon de fumer. Et comparer cela à la cigarette normale est en fait malvenu car cela ne restitue pas du tout les plaisirs de la même manière. Pas le même geste, pas le même goût, pas le même vécu en société, pas le même ressenti de nicotine… Tout est différent. Mais je suis sidéré de la facilité que j’ai eu à lacher la cigarette génératrice d’autoroutes dans mes poumons grâce à son goudron magique.

Mon stardust à mèches longues, contenant du e-liquide « Tabac Royal » en 16mg/mL de nicotine, fuit par moments sur mes lèvres(le goût est merveilleux(très douce ironie, n’est-ce pas!)), pourtant je le remplis correctement, le nettoie correctement(je posterai une video ou un article tout au moins concernant le nettoyage de ces engins), et ne comprends donc pas ce qu’il lui arrive. De plus, le liquide fonce au fur et à mesure des utilisations, passant du jaune orangé à un brun foncé. Je me suis dit que cela devait être la température assez chaude de la résistance par moments qui provoquait cela. Et, le goût évolue en même temps que la couleur. Plus la couleur fonce plus le goût est…caramélisé. J’ai l’impression que du caramel cuit dedans au fur et à mesure(en faute peut être, le sucralose contenu dans le liquide, s’il y en a? qu’en pensez vous?). Et forcément, quand mon réservoir est presque vide, le goût vire presque au caramel trop cuit… Alors je le vide pour nettoyer.

J’ai remarqué une chose: quand je bois ne serait-ce qu’un verre d’alcool, je ressens moins le hit de la nicotine et le goût du liquide. J’ai donc rencontré un problème ce week end en boîte de nuit. Psychologiquement, plus de hit, plus de nicotine. Plus de nicotine, besoin de nicotine. Besoin de nicotine, besoin d’une tueuse. Besoin d’une tueuse…Tueuse en main. Et oui, j’avais fumé quelques tueuses cette semaine, sans être en manque, mais simplement pour le plaisir. Dire de ne pas me brusquer, et ce ne fut pas tous les jours. Mais là, j’ai fumé plusieurs tueuses dans la soirée/nuit…

Sinon, en temps normal, je ressens moins de plaisir gustatif avec une tueuse qu’avec ma cigarette électronique, qui a beaucoup plus de pèche niveau hit.

 

Concernant le sevrage:

Pour le moment, ne prenons pas en considération ce dérapage du week end.

Tout au long de ma semaine, j’ai senti une évolution au niveau de mon état général. Sensation de « propreté intérieure », psychologique ou physique, je ne savais pas encore, mais en tout cas, un bien être général. Enfin… Mis à part que j’ai eu l’impression d’avoir une bonne bronchite, que j’ai craché mes poumons par morceaux… Mais, je savais qu’il fallait dégoudronner les boulevards de mes poumons, et que cela impliquait donc ces passages peu glamour.

Vendredi, j’ai senti le parfum d’une collègue que je vois tous les jours, et lui ai demandé si elle avait changé. Elle m’a répondu que non, pas du tout. Surprise: mon odorat revenait? En fait, il revenait pour certaines odeurs prononcées, apparemment. Mais ça m’a presque perturbé. certains parfums étaient trop forts(parfums des gens, parfums d’intérieurs…). Enfin, ça m’a perturbé, mais j’étais tout de même très enthousiaste, sachant que tout ceci allait se régler d’ici quelques temps.

Niveau des goûts, à vrai dire, aucun changement.

J’ai baissé un peu mon taux de nicotine quotidien. Avec les vraies clopes, j’étais à 32mg/jour environ. J’ai commencé la clope électronique à ce même niveau, puis au long de la semaine, j’ai pris goût à alterner mon goût Tabac Royal 16mg/mL avec d’autres goûts(je suis fan de mon Noisette 12mg/mL(DIY(=Do It Yourself=Fais le toi même=Fait maison)) ainsi que d’un liquide Cassis 11mg/mL). Je ne sais donc pas vraiment où j’en suis par jour, mais d’après mes approximations j’ai été aux alentours des 25mg/jour certaines fois.

Vint le week end. Je suis sorti, j’ai fumé plusieurs clopes. Le lendemain, au réveil, une sensation de saleté intérieure se fit sentir. J’ai compris. La clope salit vraiment mes poumons. Sans parler de mon haleine de fumeur qui ne m’avait pas manqué! Bref. Ne plus fumer autant en si peu de temps.

 

En conclusion:

J’ai craqué, mais cela a renforcé ma volonté d’arrêter de fumer de vraies cigarettes.

Une cigarette de temps en temps, pour l’instant je veux bien me l’autoriser. Après, je souhaiterai arrêter totalement. Puis diminuer les dosages de nicotine jusque NO(0 mg/mL), pour enfin si possible arrêter la vapote.

Mais je ne compte pas me presser.