Nouvelle vidéo! Bilan et projets

7 commentaires

Bonjour à toutes et à tous!

Après quelques mois de calme plat sur le blog,  je reviens vers vous pour vous dresser un petit bilan après reprise totale de la cigarette, ainsi que mes projets.

Je pense opter plus souvent, comme dit dans la vidéo, pour des messages vidéos. Car il me semble plus simple de partager en image, je peux développer spontanément mes pensées et ressentis.

A très bientot !

Publicités

L’entraide, une motivation supplémentaire

Laisser un commentaire

Comme je l’avais dit précédemment, reprendre la vapote, quand on a succombé à nouveau à la cigarette tueuse, ce n’est pas évident.

Je me motive chaque jour à remplacer quelques tueuses par ma cigarette électronique. Mais ne me sens pas vraiment capable d’arrêter totalement pour le moment.

Cependant, j’ai remarqué une chose très intéressante. Quand je suis entouré d’amis qui, eux aussi, vapotent, les voir sortir leur cigarette électronique me rappelle que, quand je vapote, je n’ai pas l’obligation de m’exclure quelques instants du groupe pour aller fumer. Je peux rester sur le canapé, vapoter, et continuer à profiter du moment passé avec eux. Et finalement, je peux totalement me passer de cigarette tueuse durant tout le temps que je passe avec eux.

Je sais qu’arrêter en même temps qu’une autre personne aide et motive, car on peut discuter du ressenti, se soutenir. Mais la, il n’est même plus question de se soutenir de manière volontaire. Sans même le vouloir, inconsciemment, ils m’aident. Et bien sur, en plus, me soutiennent volontairement.

Un conseil avisé que je vous donne maintenant, de fait: tentez de passer à la cigarette électronique/arrêter de fumer en même temps que quelqu’un que vous fréquentez souvent.
Cela vous permettra d’unir vos forces dans cette étape salutaire.

Bonne vapote, et bon courage!

Où en suis-je? (M3)

5 commentaires

Petit rapport quant à mon sevrage tabagique et l’utilisation de la cigarette électronique.
Cela fait 3 mois que j’ai commencé la cigarette électronique.

J’ai traversé plusieurs phases que je vais vous décrire.

Phase 1: Phase explosive.
Je décide sur un coup de tête d’arrêter du jour au lendemain la cigarette tueuse en jetant mon dévolu sur l’utilisation d’une cigarette électronique.
Motivation au maximum en observant la facilité éprouvée à faire cela.
Premiers résultats présents. Odorat légèrement accru, goût à nouveau opérationnel. Haleine fraîche. À croire que le poney mort qui avait élu le fond de ma gorge comme dernière demeure avait fini sa décomposition.

Phase 2: Altérations circonstancielles.
Lorsque la barrière qu’est votre motivation ne suffit plus à calmer les coups de bélier de la vie.
Soudainement assailli par des soucis, lâchement, j’ai craqué et fumé une cigarette. Difficile de ne pas en refumer. Et donc, tout aussi lâchement, j’ai continué à en fumer, en complément de la cigarette électronique.

Phase 3: Hésitation.
Reprendre complètement, ne pas reprendre? Je me le suis demandé pendant plusieurs jours.

Phase 4: Quand les maux entraînent la défaite.
Banalement atteint d’une rhinopharyngite/bronchite, j’ai fait le mauvais choix. Celui de la facilité. Celui qui ne provoquerait plus d’interminables quintes de toux. J’ai complètement lâché la cigarette électronique au profit de quelques vraies cigarettes chaque jour.

Phase 5: Regain vindicatif.
L’esprit de vengeance est la. Je veux me venger de moi même et de la cigarette tueuse.
Ceci est ma phase actuelle. J’inclus petit à petit la cigarette électronique en alternance avec la tueuse pour mes bouffées nicotinées.
Ce n’est pas toujours évident mais je m’efforce de vapoter des que je sens un besoin de nicotine et que j’ai le courage de ne pas me jeter sur mon paquet de Marldboro…

Voilà pour l’évolution en 3 mois.
Je vous tiens donc au courant de la suite, en vous souhaitant une bonne vapote!

Vapoter n’est pas toujours facile!

Un commentaire

Bonjour a toutes et à tous,

Je vais aujourd’hui vous expliquer une petite anecdote.
Pendant 15jours, j’ai eu une rhinopharyngite/bronchite, et j’ai tenté de vapoter mais…

Explications
Vapoter en période de toux ne faisait que provoquer de belles quintes. À chaque bouffée, je manquais de m’étouffer.
Je me demande si ce n’est pas dû au fait qu’il s’agit d’une vapeur sèche(je pense! Car quand je vapote j’ai très soif généralement), qui n’aiderait donc aucunement à calmer les irritations…

Je me dis que, tombant généralement malade quand on arrête de fumer, expectorant la saleté de nos poumons par blocs, il peut être difficile de poursuivre son sevrage via la cigarette électronique…

Idée:
Vapoter le moins possible durant une période de toux, et accompagner cela avec des patchs nicotiniques, pourrait peut être être une solution d’appoint…

La route sera longue

Laisser un commentaire

Allez, un petit Check Point concernant mon arrêt de la cigarette(la vraie, la méchante).

Tout d’abord, je tiens à préciser que ma vie privée et professionnelle sont pleines de bouleversements que j’arrive plus ou prou à gérer. Mais voilà, c’est stressant.

Parlons de ce stress, ce stress qui ne me donne pas envie de vapoter, mais plutôt de fumer.
Je stresse, j’achète un paquet. Je fume le paquet. Je me jette sur ma clope électronique. Je stresse, j’achète des clopes, je fume, je vapote. Etc.

Vous l’aurez compris, moi qui ai été totalement conquis par la vapote au premier essai, qui ai arrêté la tueuse du jour au lendemain, j’ai eu une baisse de motivation.

En conclusion, on pourra simplement comprendre que la motivation ne reste que la seule clé de votre réussite(à tous niveaux, d’ailleurs!). Et que la cigarette électronique reste le meilleur moyen de se passer des tueuses à ma connaissance.

En pourparler mental: reprendre la vapote à temps plein.

J’ai craqué, mais je ne lâche pas (J14)

Laisser un commentaire

Bonjour tout le monde,
Comme convenu, un petit bilan après une nouvelle semaine de vapote.

Cette semaine, quelques événements stressant de la vie quotidienne m’ont montré mes limites. J’ai craqué, et sur une journée, ai fumé pas mal de tueuses.
Difficile de revenir à la vapote! On a vite fait d’y reprendre goût, même si le goût de la cigarette électronique est bien plus savoureux.
Petit à petit, j’ai repris la vapote. Aujourd’hui, je ne fumerai pas de vraie cigarette.

Bilan du passage à des liquides en 11mg/mL de nicotine:
Je vapote plus que quand je prenais du 16mg/mL. Beaucoup plus. En fait, je n’ai plus cette sensation de dégoût suite à trop de vapote/clope(trop de nicotine). Du coup je pourrais presque vapoter en continu, mais ma consommation en e-liquide serait bien trop importante.

Question: quel est mon apport en nicotine journalier quand je fume en 16mg/mL, et quand je fume(bien plus) en 11mg/mL? C’est ce qu’il va falloir que j’évalue. Je vous tiens au courant.

Stay tuned!

À très vite

Premiers constats (J7)

Laisser un commentaire

Après plusieurs jours de « vapotage », je me rends compte de plusieurs choses.

 

Concernant la cigarette électronique:

Je suis toujours aussi satisfait! Cela a remplacé ma cigarette, j’ai apprivoisé la bête, pris mes nouvelles habitudes. C’est en fait une nouvelle façon de fumer. Et comparer cela à la cigarette normale est en fait malvenu car cela ne restitue pas du tout les plaisirs de la même manière. Pas le même geste, pas le même goût, pas le même vécu en société, pas le même ressenti de nicotine… Tout est différent. Mais je suis sidéré de la facilité que j’ai eu à lacher la cigarette génératrice d’autoroutes dans mes poumons grâce à son goudron magique.

Mon stardust à mèches longues, contenant du e-liquide « Tabac Royal » en 16mg/mL de nicotine, fuit par moments sur mes lèvres(le goût est merveilleux(très douce ironie, n’est-ce pas!)), pourtant je le remplis correctement, le nettoie correctement(je posterai une video ou un article tout au moins concernant le nettoyage de ces engins), et ne comprends donc pas ce qu’il lui arrive. De plus, le liquide fonce au fur et à mesure des utilisations, passant du jaune orangé à un brun foncé. Je me suis dit que cela devait être la température assez chaude de la résistance par moments qui provoquait cela. Et, le goût évolue en même temps que la couleur. Plus la couleur fonce plus le goût est…caramélisé. J’ai l’impression que du caramel cuit dedans au fur et à mesure(en faute peut être, le sucralose contenu dans le liquide, s’il y en a? qu’en pensez vous?). Et forcément, quand mon réservoir est presque vide, le goût vire presque au caramel trop cuit… Alors je le vide pour nettoyer.

J’ai remarqué une chose: quand je bois ne serait-ce qu’un verre d’alcool, je ressens moins le hit de la nicotine et le goût du liquide. J’ai donc rencontré un problème ce week end en boîte de nuit. Psychologiquement, plus de hit, plus de nicotine. Plus de nicotine, besoin de nicotine. Besoin de nicotine, besoin d’une tueuse. Besoin d’une tueuse…Tueuse en main. Et oui, j’avais fumé quelques tueuses cette semaine, sans être en manque, mais simplement pour le plaisir. Dire de ne pas me brusquer, et ce ne fut pas tous les jours. Mais là, j’ai fumé plusieurs tueuses dans la soirée/nuit…

Sinon, en temps normal, je ressens moins de plaisir gustatif avec une tueuse qu’avec ma cigarette électronique, qui a beaucoup plus de pèche niveau hit.

 

Concernant le sevrage:

Pour le moment, ne prenons pas en considération ce dérapage du week end.

Tout au long de ma semaine, j’ai senti une évolution au niveau de mon état général. Sensation de « propreté intérieure », psychologique ou physique, je ne savais pas encore, mais en tout cas, un bien être général. Enfin… Mis à part que j’ai eu l’impression d’avoir une bonne bronchite, que j’ai craché mes poumons par morceaux… Mais, je savais qu’il fallait dégoudronner les boulevards de mes poumons, et que cela impliquait donc ces passages peu glamour.

Vendredi, j’ai senti le parfum d’une collègue que je vois tous les jours, et lui ai demandé si elle avait changé. Elle m’a répondu que non, pas du tout. Surprise: mon odorat revenait? En fait, il revenait pour certaines odeurs prononcées, apparemment. Mais ça m’a presque perturbé. certains parfums étaient trop forts(parfums des gens, parfums d’intérieurs…). Enfin, ça m’a perturbé, mais j’étais tout de même très enthousiaste, sachant que tout ceci allait se régler d’ici quelques temps.

Niveau des goûts, à vrai dire, aucun changement.

J’ai baissé un peu mon taux de nicotine quotidien. Avec les vraies clopes, j’étais à 32mg/jour environ. J’ai commencé la clope électronique à ce même niveau, puis au long de la semaine, j’ai pris goût à alterner mon goût Tabac Royal 16mg/mL avec d’autres goûts(je suis fan de mon Noisette 12mg/mL(DIY(=Do It Yourself=Fais le toi même=Fait maison)) ainsi que d’un liquide Cassis 11mg/mL). Je ne sais donc pas vraiment où j’en suis par jour, mais d’après mes approximations j’ai été aux alentours des 25mg/jour certaines fois.

Vint le week end. Je suis sorti, j’ai fumé plusieurs clopes. Le lendemain, au réveil, une sensation de saleté intérieure se fit sentir. J’ai compris. La clope salit vraiment mes poumons. Sans parler de mon haleine de fumeur qui ne m’avait pas manqué! Bref. Ne plus fumer autant en si peu de temps.

 

En conclusion:

J’ai craqué, mais cela a renforcé ma volonté d’arrêter de fumer de vraies cigarettes.

Une cigarette de temps en temps, pour l’instant je veux bien me l’autoriser. Après, je souhaiterai arrêter totalement. Puis diminuer les dosages de nicotine jusque NO(0 mg/mL), pour enfin si possible arrêter la vapote.

Mais je ne compte pas me presser.